Les CDs de Richard Koechli

Lucerne se trouve aussi sur les rives du Mississippi !

«Des compositions originales brillantes, profondément enracinées dans le blues, Richard Koechli s'incline devant les légendes et fait bouger toutes les âmes passionnées de blues. Si ce n'était des quelques chansons écrites en dialecte suisse-allemand, personne ne pourrait conclure que cette célébration exceptionnelle des sons de la mère patrie du blues est livrée par quelqu'un qui vit le long de la rivière 'Reuss' à Lucerne. Koechli prouve de manière impressionnante pourquoi il est considéré comme l'un des principaux guitaristes de blues et de slide en Europe.» (Guido Schmidt, fondateur du Lucerne Blues Festival)

«Richard Koechli est notre meilleur ambassadeur du blues. Nous sommes très fiers qu il ait écrit la chanson jubilaire 'Lucerne is a Blues Town' pour notre 20e Lucerne Blues Festival en 2014 !» (Kari Bründler, président du Lucerne Blues Festival)

Les albums de Richard Koechli ...

               

 

Acheter / télécharger / streamer l'album de Richard Koechli sur :

             

 

--> Richard Koechli's books (two of them are translated in English)

Les derniers albums ...

L'hommage au maître

Fontastix 324117 (CD & livre), distrokid (digital)

-> la vidéo sur l'album   -> revue de presse

-> Album-Cover (print)   -> Album-Cover (web)

Commander (CD + livre gratuit): 

-> Suisse  -> International

 

J.J. Cale (1938 - 2013) est considéré comme l'un des auteurs de chansons les plus influents du XXe siècle. Admiré par des stars comme Eric Clapton, Mark Knopfler ou Neil Young, il laisse derrière lui un héritage inestimable : des tubes mondiaux comme Cocaine ou After Midnight, un style de guitare unique, une esthétique vocale inimitable.

Richard Koechli, lauréat du Swiss Blues Award, interprète avec respect et originalité dix des chansons immortelles de J.J. Cale. En plus, il écrit un livre sur le pionnier du "Tulsa Sound", une vision personnelle et subjective de la musique et de la carrière de Cale, des mythes qui l'ont entouré, du contexte historique et de la philosophie de la musique décontractée.

Les enregistrements ont été réalisés pendant le confinement de Covid-19 au printemps 2020 ; Koechli s'est réfugié dans le studio, a travaillé à la manière solitaire comme le faisait souvent Cale à l'époque, a été en partie soutenu à distance par son groupe de scène - et nous présente dix chansons qui ne tentent même pas de se rapprocher des originaux. Un album très personnel qui fait revivre les splendeurs du maître sans trahir leur esprit de base. En bonus, 3 autres chansons de la plume de Koechli qui démontrent l'influence de Cale.

L'album peut être streamé et téléchargé, bien sûr - mais le couronnement n'est que physique : le livret de CD le plus complet de l'histoire de la musique ! Le livre de 368 pages de Koechli ("Le maître silencieux", édition allemande) n'est pas disponible en librairie, mais exclusivement en tant que supplément gratuit au CD. Le livre n'existe tout simplement pas, n'a pas de numéro ISBN - c'est un pur cadeau de fan à fan. "Je ne veux pas faire de l'argent avec l'héritage de J.J. Cale; parmi les vrais fans de Cale, on ne fait pas de business, on se fait des cadeaux", dit Koechli.

Une véritable "édition de luxe" alors - et il y a même encore de nombreux cadeaux à télécharger (une traduction du livre en français et en anglais, des fichiers mp3, des fichiers master en 24bit-WAV et une vidéo de concert HD inédite de la formation du trio de Richard Koechli).

Pour commander tout cela: -> Suisse  -> International

Encore plus de bonnes nouvelles : "The Real Chill" est sorti également en double LP vinyle

 

Richard Koechli & Blue Roots Company – «Parcours» (Fontastix 323857, LC 16043)

80 minutes de musique 'Roots' de l'artiste suisse Richard Koechli et son groupe Blue Roots Company.

Pas seulement du Blues, mais aussi des empreintes de Soul, Pop, Jazz, Folk, Country et Rock. Un équilibre séduisant de contrastes rythmiques, de mélodies et de souplesse tient tout ensemble – d'une manière qui nous rappelle des maîtres de Laidback comme J. J. Cale. 16 nouvelles chansons (3 en français!), un groupe merveilleusement dynamique – et la voix de Koechli, qui a trouvé sa place quelque part entre le chant folk intime et la puissance du Blues. "Un des disques de Blues les plus forts et les plus uniques de l‘année!" (Blues Blast Magazine, USA)

--> Video-Clip (Single "I got life")   --> Album-Trailer/Medley

--> Biographie Richard Koechli    La pochette du CD : ->print ->web

--> également disponible en version instrumentale pour la musique de film (contacter info(at)richardkoechli.ch)

Le nouvel album «Parcours» reçoit d'excellentes critiques dans le monde entier: --> lire la revue de presse

 

 A propos de l'album "Parcours" - morceau par morceau ...

Merci pour les belles photos prises par Micha Eicher (www.scharfsinn.ch) lors du concert du 29 mars 2018 à l'Hôtel Schweizerhof Lucerne. S'il vous plaît ne pas utiliser sans demander / droit d'auteur !

 

--> Pour découvrir/écouter les chansons, cliquez sur le titre respectif

 

01 – New Orleans

 

«Ils ne font pas que de la musique, ils SONT de la musique - à la Nouvelle-Orléans, à chaque coin de rue et dans chaque club. Ce sont de vraies étoiles qui n'ont pas besoin d'éclairage artificiel. Cet esprit, et cet énorme courage de continuer quand tout est perdu - ça m'inspire !»

--> traduction française de la chanson (télécharger en PDF)

   

Invité spécial : La magnifique Bluesharp de Walter Baumgartner, lauréat du Swiss Blues Award, donne à la chanson une touche Zydeco

 

 

 02 – Wing Ding Shuffle

«Non seulement en tant que guitariste, mais aussi en tant que chanteur et auteur-compositeur, j'ai beaucoup appris du blues : il n'est pas nécessaire d'écrire un chef-d'œuvre poétique avec huit vers à la Dylan - quelques phrases simples, une émotion, c'est tout. Pas de révolution, pas de provocation, mais incroyablement libérateur.»

 

«Il n'y a pas beaucoup de discussions dans mon groupe. Mes gars savent intuitivement et avec une incroyable certitude de style, comment ils peuvent enchanter chaque chanson. Comme exemple ici : Cet numéro était presque terminé ; une chanson typique de guitare électrique, je n'étais pas sûr qu'il y avait de la place pour plus - et puis Heini Heitz a joué ce solo de guitare acoustique incroyablement cohérent (03:03 - 03:32) et Dani Lauk y a joué ces phrases de bluesharp merveilleusement terreuses. Maintenant, la chanson était complète !»

--> traduction française de la chanson (télécharger en PDF)

 

 

03 – I got life (je suis vivant)

 

   «Les choses qui comptent vraiment : Le bonheur d'être libre, loin de la richesse et du pouvoir, mais proche des grands cadeaux de la vie. L'amour, les amis, la passion, la santé, une brise chaude sur le visage et le chant des oiseaux dans les oreilles. Et quand mon pianiste Michael Dolmetsch fait danser la chanson avec un 'riff' si unique, le monde est parfait !»

 

 

 La chanson est finalement devenue le premier single de l'album ; --> Video-Clip

 

 

 

Le commentaire du collègue Philipp Fankhauser sur cette chanson : «Très bien joué, j'adore !»

 

--> traduction française de la chanson (télécharger en PDF)

 

 

 

04 – Just look what you have done (regarde ce que t'as fait)

«Les années se sont écoulées depuis que le grand Maître du Laid-Back nous a quitté en 2013. Voler, planer musicalement, sans propulsion, dans une glisse détendue : J.J. Cale nous a enseigné cet art. Quand j'ai écrit la première de mes 16 chansons de l'album en été 2016, J.J. devait être très proche - c'était ce numéro ici, il m'est venu en un seul morceau. En quelques minutes. Et maintenant, quand j'entends ce que mon groupe en a fait, je suis encore plus surpris de la souveraineté avec laquelle J.J. a chuchoté à l'oreille de chacun de mes musiciens.»

 

--> traduction française de la chanson (télécharger en PDF)

Marc Winter parle de cette chanson dans sa chronique sur bluesnews.ch : «Décrire un titre unique comme exceptionnel, c'est comme opposer les bijoux d'une couronne les uns aux autres. Mais la chanson qui occupe le milieu de ma couronne au-dessus de mon front est 'Just look what you've done'. Cette chanson a un groove jazzy addictif qui sent le gumbo, plein d'âme, mystérieux»

 

 

 

 

 

05 – Le jardin de tes sens

 

«J'adore les 'hooklines', les mélodies qui vont droit au cœur, et je chante aussi en français depuis longtemps - c'est une langue musicale merveilleuse. Ma mère est française. Et mon amoure est française : Evelyne ; depuis 25 ans nous sommes heureux ! 'Une goutte d'amour est plus qu'un océan de raison' (Blaise Pascal).» 

 

 

 

06 – You never lie to me (tu ne me mens jamais)

 

 «Une allusion à la chanson légendaire de Tampa Red : 'Don't you lie to me'. Il y a beaucoup de merveilleuses interprétations, ma préférée est celle d'Albert King (sous le titre 'I get evil'). Mais je ne voulais pas reprendre la chanson, je voulais lui donner un message complètement nouveau : Tu ne me mens jamais, SEIGNEUR. Du Gospel ! Qui dit que le blues n'a toujours à faire qu'avec le diable...?»

 

 --> traduction française de la chanson (télécharger en PDF)

 

 

Invité spécial : Le saxophone particulièrement énergique de Stefan Künzli est la touche finale. Tous ceux qui ont assisté à la prestation de Stefan lors du concert à Lucerne savent qu'il ajoute aussi sur scène une dimension particulière à chaque spectacle.

 

 

 

 

07 – Of em gliche Grond schtah (terre commune)

 

 

«Intimité, enracinement et gratitude envers mes merveilleux parents Marlise et Walter Köchli - il n'y a qu'une seule façon de refleter ce sentiment avec un jazz blues intime et très lent : dans la langue de mon enfance, le suisse-allemand. L'incroyable précision avec laquelle mon groupe approfondit l'ambiance, me laisse une fois de plus perplex : Fausto Medici, un son et un groove inimitable, David Zopfi, une contrebasse qui respire – une merveille!»

 

 

«Et le son profond de ma nouvelle guitare suisse 'Relish Jane' (à gauche dans le panorama stéréo), en combinaison avec l'amplificateur de guitare 'Artesound' (fabriqué en Italy) et mon 'Harper Silvertube'-Amp (fabriqué en Suisse) - fait presque du Bluesman Koechli un joueur de jazz ....".»

--> traduction française de la chanson (télécharger en PDF)

 

 

 

 

08 – Blue Collar Worker (ouvrier)

«Nos routes sont pavées de sueur des ouvrier, mais les travailleurs ont constamment le sentiment : 'C'est l'employeur qui crée le monde'. Il me semble que l'esprit de l'esclavage n'a pas encore été vaincu. Une rémunération correcte lui fait mal, mais le respect et l'appréciation de ceux qui travaillent sont une abomination pour cet esprit. Continuons à l'affaiblir avec cette chanson ...»

--> traduction française de la chanson (télécharger en PDF)

 

La guitare 'Relish Jane' de Koechi (jouée en slide Open-D tuning), l'art des percussions de Fausto Medici, la subtile base de basse de David Zopfi - et en plus, pour la deuxième fois, la hardworking bluesharp de Specialguest Walter Baumgartner.

 

 

09 – Pedro

«Evelyne Rosier avait écrit il y a longtemps une chanson sur le travail des enfants. Un sujet très sensible ! Je pense que le texte est excellent ; il parvient à exprimer le respect pour ces enfants, à admirer leur courage - et en même temps à faire appel à leur sort, à prendre leurs responsabilités. Mes musiciens en font un 'Psychedelic Bluesrock Shuffle', Evelyne chante dans le chœur - et 7 minutes s'écoulent comme en vol...»

 

 

 

 

 

10 – The Unsung King (le roi oublié)

«Mon hommage au grand maître du Slide, Tampa Red (1904 - 1981) ; c'est la chanson qui accompagne ma biographie récemment publiée (en allemand) sur cette légende du Blues presque oubliée. Bien sûr, Tampa Red n'avait pas seulement joué des chansons légères de ce genre, mais il maîtrisait brillamment le style 'Hokum Blues'. Et ce style est très intéressant, même si on lui enlève un élément traditionnel, à savoir les textes indécents et ambigus...»

--> traduction française de la chanson (télécharger en PDF)

 

 

 

 

 

 

11 – I had a friend (j'avais un ami)

«J'ai retrouvé par hasard mon meilleur ami d'école de l'époque : Stefan Burn. Une expérience fantastique après plus de 40 ans. Un an plus tard, Stefan est mort de façon complètement inattendue ; son destin m'a d'abord mis en colère - la chanson peut diffuser cela. Mais fondamentalement, une seule chose compte : que j'ai eu la chance de rencontrer Stefan dans la vie.»

--> traduction française de la chanson (télécharger en PDF)

 

 

 

 

 

 

 

 

12 – Mother Nature (Mère Nature)

 

«Peu importe ce que vous pensez du changement climatique : les changements sont là, ils nous concernent - et le feront encore plus à l'avenir. Notre relation avec 'Mère Nature' ne pouvait pas être plus proche. Le désir de rendre quelque chose en retour ne doit pas signifier un amère renoncement. Pour moi, 'Go green', c'est la joie de vivre, les produits bio, c'est du pur plaisir. Merci, Evelyne, pour l'inspiration !»

 

 

--> traduction française de la chanson (télécharger en PDF)

 

 

 

 

13 – Etat d'urgence

 

«Ce morceau a été écrit par mon beau-frère JB Rosier. Il chante la chanson lui-même. Incroyable, JB a écrit le texte il y a plus de 20 ans - aujourd'hui il frappe le clou sur la tête : Le monde en état d'urgence ! Comme symbole de cette agitation, le duel constant de mes deux guitares - 'twin leads' en l'honneur des grands Allman Brothers.»

 
 

 

 

 

 

 

 

 

14 – You can't judge a book by looking at the cover(on ne peut pas juger un livre en regardant la couverture)

 «J'ai toujours voulu reprendre cette chanson - et si c'est le cas, alors dans une version non conventionnelle. Willie Dixon est l'un des grands auteurs-compositeurs de l'histoire du Blues ; son message est clair : chaque préjugé est un préjugé de trop ! L'idée d'arrangement de Max Stenz et le piano boogie woogie woogie de Michael Dolmetsch ont également fait mouche ...»

 

 

 

15 – Irish Man (le sage irlandais)

«En tant que grand admirateur de l'art mélodique celtique, je voudrais être reconnaissant pour la merveilleuse culture musicale irlandaise - à travers cette ballade sur la sagesse du vieil homme. C'est aussi une occasion de remercier Mark Knopfler, qui m'a montré à l'époque - par exemple avec sa musique pour le film 'Cal' de 1984 - comment de tels thèmes peuvent être réalisés en tant que groupe de Folkrock. Tom Aebi joue du Uillean Pipes sur ma chanson, Paddy Bütler au violon, Dani Lauk la flute irlandaise, Michael Dolmetsch l'accordéon, et Evelyne Rosier chante avec moi dans le chœur. Je voulais écrire un vrai hymne ; pour moi une chanson très importante, aussi en termes de paroles.»

--> traduction française de la chanson (télécharger en PDF)

 

     

 

16 – Merci

 

«Il arrive assez tard, mais ce 'Merci' est plus qu'approprié, parce qu'aujourd'hui je sais : c'étaient de grands professeurs, et ils et elles n'avaient pas le travail le plus facile avec moi. Cependant, c'était un travail agréablement facile pour moi de jouer cette merveilleuse guitare acoustique 'Palomas', faite à la main par le luthier suisse Hans Peter Holzer.»

--> traduction française de la chanson (télécharger en PDF)

       

 

 

 

 

Copyright © 2020 Richard Koechli
Website sponsored by groovedan.com